Généralités

(pédoncules oculaires de Coenobita clypeatus)

Les Coenobita sont des crustacés terrestres décapodes. Ils possèdent donc 5 paires de pattes, dont 2 pinces. Leur abdomen est mou, ils le protège donc en l'abritant à l'intérieur de la coquille vide d'un gastéropode (généralement marin, bien que certaines espèces apprécient les coquilles d'Achatina sp.) Ces animaux ont une espèrence de vie élevé, certains specimens de Coenobita clypeatus ont déjà vu plus d'une trentaine d'année en captivité. Leur aire de répartition est vaste, dépendant des caractéristiques de chaque espèces. Les milieux occupés par la plupart des espèces de Coenobita sont des milieux tropicaux, chauds et humides. On les retrouve ainsi en Amérique centrale, dans le caraïbes, sur certaines côtes africaine, dans l'Océan Indien, à Madagascar, en Australie, en Malaisie, au Japon, en Polynésie française, ainsi que dans de nombreux archipels de l'Océan Pacifique. Ce sont des animaux grégaires (qui vivent en groupe), on les observe parfois en colonié de plusieurs centaines d'individus, à la recherche de nourriture. Ils ont donc des comportements de groupes très complexes, et très intéressant, ils se battent, communiquent à l'aide de leurs antennes, et emmettent même des sons (chirping)...

Expérience personelle:

Les Coenobita ont été ma première expérience en terrariophillie. J'ai acquierit deux Coenobita Clypeatus début Janvier 2010. Je possède toujours ces deux animaux. Depuis, j'ai eu de plus en plus de Coenobita, bien qu'ayant subi quelques pertes, j'ai désormais plus d'une quinzaine de Coenobita, des Coenobita clypeatus, des Coenobita rugosus, des Coenobita violascens, des Coenobita perlatus et un Coenobita brevimanus. Ils sont maintenus dans un terrarium de marque exo terra, mesurant (longeur x largeur x hauteur) 90X45X60cm. J'explique dans un tutoriel la manière dont ce terrarium est aménagé. Je réaménage régulièrement ce terrarium, il a donc beaucoup changé depuis la création de cette page, qui se trouve à cette adresse: http://margouillat.e-monsite.com/rubrique,tutoriel-terrarium-pour-bht,1280817.html

J'ai également pu observer des Coenobita clypeatus dans leur milieu naturel, en Guadeloupe et en Martinique. (voir photos à cette adresse)

Les Bernard l'hermite terrestres sont des animaux passionnants. Je vais essayer de vous décrire ici quelques unes de leurs particuliarités, tout en développant les bases de leur maintenance en captivité. Si après la lecture de cette page, vous avez toujours des questions quant aux Coenobita, n'hésitez pas à me contacter par l'intermédiaire du formulaire de contact, ou via le forum BHT, un forum qui vous sera probablement très utile, que je modère.. (http://coenobita.xooit.com/profile.php?mode=viewprofile&u=145) Je ne peut également que vous conseiller le site très complet et intéressant, créé par un des modérateurs de ce forum ("fitis"): http://coenobita.e-monsite.com/

      zz503.jpg         zz5033287217-364cf213d8.jpg

- La terrariophilie consiste à maintenir en captivité des animaux sauvages dans un milieu clos appellé le terrarium, qui se doit de représenter au maximum le biotope et le milieux naturel de l'espèce. Il en est de même pour les Coenobita.

Température et Hygrométrie:

La reproduction du milieu naturel, surtout dans le cas des reptiles et des invertébrés, passe tout d'abord par la reproduction de la température et de l'hygrométrie. Les Coenobita étant généralement originaires (mis à part C.scaevola) de milieux tropicaux humides, une forte température ainsi qu'une hygrométrie relativement élevée sont nécéssaire. Ainsi, la température diurne doit être comprise entre 26°C et 30°C. Bien qu'un gradient thermique ne soit pas obligatoire, la présence de points plus chauds ou plus froids, relativement localisés, que cet intervalle ne peuvent qu'être bénéfique aux Coenobita. Ils leur permettent ainsi de choisir l'endroit où la température leur semble la plus adéquate au moment présent. De nuit, la température ne doit de préférence pas descendre en dessous de 20°C. Pour obtenir ces températures, il est essentiel de disposer d'un dispositif de chauffage adapté, qui peut être un câble ou un tapis chauffant (à l'exterieur du terrarium, et sur un de ses cotés, pas en dessous car il assecherai le substrat), ou une lampe chauffante, toujours à l'extérieur du terrarium, totalement inaccesible. L'hygrométrie doit être comprise entre 60% et 90%. Une hausse de cette hygrométrie en début de soirée et à l'aube est préférable. Pour cela des pulvérisations régulières d'eau de source sont nécéssaire. La présence des bacs d'eau et du substrat humide suffissent généralement, associés aux pulvérisations, à maintenir une hygrométrie adéquate. 

Terrarium:

terrabht1.jpg

 Pour maintenir en captivité des Coenobita, il est nécéssaire de disposer d'un terrarium adapté, en verre ou en plastique. (le bois ne supportant pas l'humidité) Sa taille doit permettre de disposer d'assez de place pour un aménagement adéquat. Ainsi pour un groupe de quelques (5/6) petits/moyens individus la taille minimum est de 45X45X45cm. En effet, la base doit être assez grande pour que les Coenobita puissent évoluer comme il le souhaite, et qu'ils puissent s'isoler les uns des autres, et la hauteur sufisament grande pour disposer d'une forte épaisseur de substrat, et d'avoir ainsi assez de hauteur pour grimper. (certaines espèces comme C.clypeatus grimpent parfois à plusieurs mètres de haut dans les arbres)

Substrat:

Le substrat doit être adapté à l'espèce maintenue. Ainsi, certaines espèces plutôt "forestières" apprecieront les substrat composé de tourbe blonde ou d'humus de coco, alors que d'autres espèces préferont les substrats composé de sable. (en captivité, on peut utiliser du sable de loire, du sable type bac à sable, ou même du sable trouvé sur les plages "françaises") Le substrat est un élément essentiel de la maintenance en captivité des Coenobita. En effet, les Coenobita y recherchent fraicheur et humidité, et c'est dans celui-ci qu'ils muent, en s'enterrant et y créant une cavité. Il doit donc être sufisament profond pour permettre le bon déroulement de la mue (10 à 20cm et plus), et sufisamment humide, mais pas détrempé. (consistance "chateau de sable") Une couche de feuilles mortes au dessus d'une partie du substrat est bénéfique, en  plus de permettre aux Coenobita de s'y cacher et d'en consommer, elles ont un effet très naturel, et reproduisent très bien le biotope des animaux.

Coquilles vides:


Les coquilles vides (dites "de rechange") représentent un élement crucial dans la survie des Coenobita, que ce soit dans leur milieu naturel ou en captivité. En effet, c'est dans celles-ci que les Coenobita abritent leurs abdomens mous très vulnérables, pour le protéger des prédateurs. De plus, elles permettent aux Coenobita de les remplir en partie d'eau pour éviter leur déshydratation et la dessication de l'abdomen. Il est donc indispensable de disposer de coquilles (de gastéropodes marins et terrestres) vides adaptés, en nombre suffisant, et ce pour chaque individu. Chaque espèce à ses préférences (et ce en raison d'une adaption à leurs milieux naturels, et donc aux différentes espèces de gastéropodes qui y sont présentes, par exemple Coenobita clypeatus apprécie particulièrement les coquilles de Cittarium pica, qui sont très présentes dans le milieu naturel de l'espèce.), mais il est nécéssaire de disposer d'une grande variété de formes et de tailles, permettant aux Coenobita de faire leurs choix. On peut ainsi utiliser des coquilles de Murex sp, Tonna sp, Turbo sp, Babylonia sp, Fasciolaria sp, Turritella sp... etc et bien d'autres encore. Certaines coquilles d'escargot terrestres sont également appréciées, comme les coquilles d'Achatina sp. Les coquilles d'Helix aspersa (espèce européenne) par exemple ne semble pas être appréciées, probablement en raison de leur forme et de leur fragilité.  On peut aisément se procurer ce genre de coquilles dans des magasins de décoration, des boutiques de souvenirs, mais aussi chez des collectionners ou par l'intermédiaire de divers sites internet de vente par correspondance (alexnat, bancdesable). Les coquilles de bulot (Buccinum undatum) sont faciles à trouver (dans les grandes surfaces, en poissonnerie) et de plus très appréciées par les Coenobita.

Dans le commerce, on trouve également des coquilles peintes et vernies. Je déconseille ce genre de coquille, car en plus de ne pas être naturelles (reproduction fidèle du milieu naturel de l'espèce non respectée, animal considéré comme un objet de décoration ou un jouet pour enfant) il est probable que la peinture soit nocives. Bien que ce ne soit en aucun cas prouvé, je ne peut que vous conseiller d'éviter de prendre ce genre de risques inutiles. Les coquilles nacrées quant à elles ne sont en aucun cas toxiques et peuvent être utilisées sans problème.

Besoins en eau:

Bien que les Coenobita soient des animaux adaptés à la vie terrestre, ils ont d'importants besoin en eau. En effet, en plus de la forte hygrométrie du terrarium (et donc des pulvérisations régulières), deux points d'eaux différents doivent être présents dans le terrarium. Un récipient (en plastique, en verre, ou en terre cuite, mais pas en métal (aluminium, cuivre) afin d'éviter que des ions toxiques soient libérés dans l'eau) devra être rempli d'eau douce (eau de source en bouteille ou eau minérale peu minéralisée (evian), ou eau du robinet décantée pour éviter la présence de chlore) et un autre d'eau salée. L'eau salée doit être créée à partir de sel d'aquariophilie et non du sel de cuisine qui pourrait être toxique à court terme en raison de l'iode rajoutée. (38gr/L) Elle est en effet indispensable pour toutes les espèces de Coenobita (mais surtout pour certaines comme C.perlatus, C.compressus, C.rugosus, ou C.violascens)  car elle joue un rôle important dans le maintien de l'équilibre osmotique, et dans l'élimination des parasites. Certaines espèces comme C.rugosus ou C.violascens apprécient la présence d'eau saumâtre. Ces deux récipients d'eau doivent être assez profond pour permettre aux Coenobita de s'immerger au moins partiellement (jusqu'au céphalothorax) mais doivent également leur permettre d'en sortir facilement car ils peuvent se noyer. 

Aménagement du terrarium:

En plus des récipients d'eau douce et d'eau salée, du substrat et des coquilles vides, le terrarium doit être aménagé de manière appropriée. En effet, de nombreuses structures d'escalades doivent être présentes, permettant aux Coenobita de grimper, un comportement naturel qui peut parfois surprendre, mais qui est caractéristique de la plupart des espèces, et que l'on observe très souvent. (dans le milieu naturel de C.clypeatus par exemple, il peut être trouvé à plusieurs mètres de haut dans les arbres.) Pour cela, il est utile de disposer de branches et de racines de mangrove, mais aussi de ceps de vigne, et de branches de feuillues. (les arbres fruitiers et les conifères étant toxiques) Il est aussi utilie d'utiliser des plantes artificielles en plastique (facilement trouvables en animalerie) qui serviront de support d'escalade et de cachettes. Des demi-noix de coco, tronc en liège creux, cachettes en terre cuite (exo terra) peuvent également servir de cachettes. Des plantes vivantes peuvent également être utilisées, mais elles seront rapidement endomagées par les Coenobita (racines abîmées en raison du fait qu'ils creusent, feuilles consommées...etc.) et il faut s'assurer qu'elles ne soient pas toxiques. (le site SOBHT explique en détail tout cela) Des pierres et du bois flotté peuvent être placés dans le terrarium pour reproduire un biotope "marin" plus proche de celui de C.perlatus.

Alimentation:

Les Coenobita sont de véritables charognards détritivores.

Très opportunistes, leur alimentation est extremement variée. Ils se nourissent en effet de fruits et de légumes (noix de coco, patate douce, banane, canne à sucre, mangue, pomme, carote, concombre...etc.), de bois mort, de feuilles mortes, de divers végétaux (plantes vivantes, fibres végétales diverses), de graines et de de fruits secs, de jeunes pousses, de matière fécale de divers animaux, mais aussi d'oeufs d'oiseaux et de reptiles, de cadavres de vertébrés (oiseau, reptiles, grands et petits mamifères) et d'invertébrés, ainsi que de fruits de mer (algues, moules, huitres, gastéropodes), de poissons et d'invertébrés marins. En captivité il est donc primordiale d'apporter une aussi grande diversité à l'alimentation des Coenobita. (les "granulés" parfois présents dans le commerce ne sont donc logiquement pas adapté, du moins en tant qu'alimentation de base..)

 

[ /!\ PAGE EN COURS DE CONSTRUCTION /!\ ]


35 votes. Moyenne 4.09 sur 5.

Le Margouillat - Copyright (C) 2010 Kiwi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site